Ne perdons pas de vue l'essentiel

Que pensez vous de cette expression Parisienne Métro boulot dodo ?

Ne trouvez-vous pas que cette expression traduit bien nos journées hebdomadaires ?

Nous nous levons tous les jours à peu près aux mêmes heures, nous nous rendons au travail en transports en commun , en particulier pour ceux qui habitent en agglomération et rentrons en fin de journée chez nous, retrouvons nos proches sur un laps de temps plutôt court et nous couchons.

Nous tombons au fur et à mesure dans une routine quotidienne.

Il faut savoir que la plupart des gens passent la majeure partie de leur temps dans leur environnement professionnel et dans les transports en commun.

Et pour cause, nous devons nous nourrir, nous vêtir, payer notre loyer, et d'autres charges...

A cet effet, la bible mentionne le fait que « l'homme gagnera son pain à la sueur de son front ». (Genèse 3:19).

L'activité pécuniaire est nécessaire pour pourvoir à nos besoins et à ceux de nos proches.

L'homme, le chef de famille était celui qui devait endosser cette responsabilité.

Toutefois avec la cherté de la vie, un seul salaire ne suffit plus et c'est pour cette raison entre autres, et le souci d'acquérir une autonomie financière que la femme exerce également une activité salariée.

Deux revenus vont certes nous permettre de palier à nos dépenses quotidiennes et à ne manquer de rien sur le plan matériel, mais ça risque de créer un déséquilibre au sein de notre noyau familial.

En effet, cette course effrénée, ne nous permet pas d'avoir des temps de qualité en famille et de profiter les uns des autres.

Est-ce que cela en vaut la peine ?

Le Seigneur nous exhorte à « ne pas nous inquiéter de ce dont nous seront vêtus et de ce que nous mangerons » (Matthieu 6:25)... car si il prend soin des oiseaux , à plus forte raison de nous.

Nous avons tendance à nous appuyer sur ce verset, « un homme qui n'a pas soin de sa famille est pire qu'un infidèle » (1 Timothée 5:8).

Est-ce que notre quête d'argent doit se faire au détriment de notre entourage, de notre bien-être personnel ?Assister sa famille « matériellement », oui , mais à quel prix ?

Que sous-entend ce passage biblique ? Prendre soin au sens large : Subvenir à tous les besoins, financiers, physiques, affectifs, émotionnels.

Nous devons prendre garde à ne pas laisser l'argent prendre le dessus sur nos obligations, sur nos relations les uns avec les autres.

Oui, « l'amour de l'argent est une racine de tous les maux ». (1 Timothée 6:10).

Cet amour peut s'avérer, malsain et peut nous nuire.

Car nous vivons dans un monde où le paraître prime sur tout et où les relations se créent de plus en plus en fonction du statut , de ce que l'autre peut apporter.

Malheureusement « l'homme regarde à ce qui frappe les yeux » (1 Samuel 16:7).

Nos rapports les uns avec les autres sont de plus en plus biaisés ; car nous n'avons plus le souci des autres, la compassion, l' amour, pour notre prochain .

Tout se construit autour des biens matériels et non plus autour de l'humain.

Triste réalité certes mais comment résister à ces principes qui nous ont été imposés de façon indirecte au fil des années ?

Nous ne le réalisons sans doute pas, cependant toutes ces choses que nous convoitons, sont éphémères, elles ne sont pas éternelles.

Et nous sommes de passage sur cette terre ; « Et que sert-il à un homme de gagner le monde si il perd son âme ». (Marc 8:36).

C'est une question que plusieurs devraient se poser et ne surtout pas négliger.

J'aimerais, à ce sujet, vous faire part d'une période particulière que mon mari et moi avons traversée .

Comme je l'avais déjà mentionné dans mon témoignage (moi en quelques lignes), mon mari et moi nous sommes connus à la fac ; lorsqu'il a appris que j'étais enceinte, il a très vite pris ses responsabilités.

Il a accepté le premier emploi et n'a pas regardé aux heures de travail et ce dans le seul but de subvenir à nos besoins .

Emploi, qu'il a concilié avec ses études universitaires.

Les missions étant rares, aussi bien pour lui que pour moi, ça n'a pas toujours été facile; nous avons dû faire preuve d'humilité et accepter des basses besognes pour pouvoir nourrir nos enfants en bas âge.

Le Seigneur étant fidèle, nous avons pu jouir d'une certaine stabilité tant sur le plan financier que personnel.

Mais tout a basculé du jour au lendemain, lorsque mon mari s'est retrouvé au chômage .

Et contre toute attente, je me suis vue accepter une mission dans un lieu plutôt éloigné avec des horaires contraignants, m'offrant à peine la possibilité de voir mon mari et mes enfants et de passer du temps avec eux.

Sans parler du secours populaire et de la banque alimentaire où mon mari et moi devions nous rendre de façon alternée durant cette période.

A l'époque, nous avions un sentiment de honte, tant le regard des autres nous pesaient. Qu'allaient penser les gens autour de nous ? Quelle estime auraient-ils de nous ? Et nous éprouvions cette sensation que Dieu nous avait abandonné.

De la colère, de la frustration et des doutes nous envahissent ; c'est l'incompréhension totale. et notre foi, à ce moment précis, est mise à rude épreuve.

Nous n'avions que nos deux grands et étions complètement déphasés.

Et même si nous avions uni nos forces, des tensions ont tout de même apparu, lesquelles nous ont fait faiblir dans notre foi.

Nous n'avions pas compris qu'à travers cette épreuve à laquelle nous faisions face, le Seigneur voulait nous façonner et nous affermir davantage.

Durant cette période particulière , nous nous sommes appuyés sur ce verset, cité plus haut dans lequel il nous dit « de ne pas nous inquiéter de ce que nous mangerons ou de ce dont nous serons vêtus », mais également sur celui-ci , « L'Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien ». (Psaume 23:1).

Oui, Il est le créateur de l'or et l'argent et nous sommes l'ouvrage de Ses mains.

Sa parole dit de « demander et l'on nous donnera », de « frapper et l'on nous ouvrira ». (Luc 11:9).

Nous nous sommes accordés dans la prière mon mari et moi et avons placé notre foi en Lui.

Il a ouvert de nombreuses portes, notamment à mon mari qui a eu de nombreuses opportunités, dont une qui l'a amenée à aller travailler en région Parisienne. Ce n'était pas facile pour moi de me retrouver seule avec les enfants mais nous avons rendu grâce à Dieu pour ce nouveau travail pour lequel nous avions tant prié ; nous ne nous sommes pas plaints mais bien au contraire réjouis.

Après cet emploi à Paris, mon mari s'est vu offrir un meilleur emploi avec un salaire plus conséquent, lequel lui a permis de gravir les échelons d'une façon surnaturelle et d'occuper des postes à plus haute responsabilité.

Sa carrière professionnelle a pris un tournant inattendu.

Et tout s'est enchaîné pour lui, quant à moi, j'ai pu également trouver du travail.

De plus nous avions des horaires flexibles , nous permettant de pouvoir être présents pour nos enfants et passer des temps de qualité avec eux.

Nous n'y serions pas parvenus sans Son aide.

Notre Seigneur Jésus nous a porté durant cette période et nous porte encore aujourd'hui en dépit des circonstances.

A ce jour, nous menons un train de vie beaucoup plus confortable et sommes en mesure d'assister de nombreuses personnes dans notre entourage; Nous reconnaissons que tout ce que nous avons acquis, c'est Lui qui nous l'accorde et que sans Lui nous n'en serions pas à ce stade de notre vie.

Nous désirons plus que jamais Lui accorder la première place dans nos vies, dans tout ce que nous entreprenons, dans les actes que nous posons et les choix que nous faisons, tant personnels, relationnels que professionnels.

« Cherchez premièrement le royaume de Dieu et Sa justice et toutes choses vous seront données par dessus ». (Matthieu 6:33).

Nous L'avons non seulement placé au centre de nos vies, au coeur de nos projets mais Lui avons également obéi . « L'obéissance vaut mieux que les sacrifices ». (1 Samuel 15:22)

Pour notre part, nos expériences passées ont eu un impact positif, en particulier sur notre perception de la vie et notre regard vis à vis des autres.

Maintenant, nous tendons à ne pas rechercher nos propres intérêts dans nos relations mais ceux des autres, à entretenir des relations saines et à mener une existence paisible.

Nous aspirons certes, comme tout le monde, à une vie meilleure mais savons apprécier ce que nous avons déjà et nous en contenter.

Ne laissons pas l'appât du gain, la conquête de ce monde déterminer notre façon de vivre, obstruer notre jugement des autres, nous faire perdre nos valeurs, et ce en quoi nous croyons.

« Si l'un de nous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu qui donne à tous simplement et sans faire de reproche, et elle nous sera donnée ». (Jacques 1:5).

Il est non seulement notre créateur mais le maître des temps et des circonstances.

Il n' y a aucune situation qu'Il n'est permis qui ne soit sans issue.

Si nous voulons prétendre à une vie épanouie, demeurons attachés à Lui et apprenons à marcher selon Sa parole.

Que Dieu nous aide à nous recentrer sur l'essentiel et à revoir nos priorités.

Je vous remercie d'avoir encore pris le temps de me lire, n'hésitez pas à vous inscrire et à laisser un commentaire.

Soyez bénis.

Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés