La reconnaissance, une vertu

Plus je regarde à ma vie, plus je réalise n’avoir manqué de rien mais avoir eu tout le confort dont une personne peut rêver.

J’ai la famille pour laquelle j’ai toujours prié et des amis sur lesquels je peux compter.

Et par dessus tout, j’ai le meilleur des Papas, des Assistants et Guides au quotidien.

Que demander de plus ?

En ai-je toujours été consciente ? Est-ce que je fais partie de ces personnes qui ne sont jamais satisfaites, qui se comparent sans cesse aux autres et trouvent leur joie dans les biens matériels et dans des choses parfois peu utiles ?

A vrai dire, oui, je l’ai été et d’une certaine façon, je le suis encore parfois.

Je reconnais et j’avoue être une personne insatiable, qui a soif de changement en permanence.

Ce qui est paradoxal, c’est que d’un côté, je peux arriver à trouver mon bonheur dans des choses simples et naturelles mais d’un autre, j'ai constamment ce sentiment qu’il m’en faut encore plus.

Je me définis comme une personne plutôt naturelle, assez spontanée, toutefois, je n'aime pas la routine et aspire toujours à vivre des choses surprenantes.

Et vous ? Êtes vous également des personnes qui ont ce désir permanent d'expérimenter des choses surnaturelles?

Est-ce que mon attitude relève de l’ingratitude ?

Pourquoi cette tendance à ne pas nous contenter de ce que nous avons déjà et aller jusqu'à envier les autres et convoiter ce qu'ils ont ?

C’est des questions que nous nous posons qui peuvent paraître anodines peut-être mais qui sont hélas essentielles.

De quoi avons nous réellement besoin dans notre existence, dans notre quotidien ?

En tant qu’enfants de Dieu, la parole nous dit que nous avons tout pleinement en Christ (Colossiens 2:10: « vous avez tout pleinement en Lui qui est le chef de toute domination et de toute autorité »).

Oui, je reconnais qu'Il a fait de moi « une créature merveilleuse » avec des facultés extraordinaires (Psaume 139:14).

Sa parole mentionne le fait qu' « Il nous a créé à Son image » (Genèse 1:27).

J'ai conscience que notre intelligence et que nos capacités intellectuelles, mentales et physiques nous viennent de Lui, (2 Corinthiens 3:5: « Ce n'est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu ») , Il est Celui « qui produit en vous et moi le vouloir et le faire » (Philippiens 2:13).

Notre Dieu est à la fois un Dieu qui pourvoit (Philippiens 4:19), qui guérit (Exode15:26) ,qui protège (Psaumes 146:9), qui nous accorde tout ce que notre coeur désire (Psaumes 20 :4).

Il est le créateur de toute chose et nous sommes « l’ouvrage de Ses mains » (Esaïe 64:7) .

Nous nous montrons constamment insatisfaits et peu comblés, alors que nous devrions nous réjouir d’avoir un Père qui nous satisfait à tous les niveaux.

Plusieurs années en arrière, j'ai connu une période particulière , au cours de laquelle, j'ai pu bénéficier d'un travail, en plus de celui de mon mari, me permettant d'avoir un train de vie plutôt favorable, une maison, une voiture chacun et le privilège d'aller en vacances de façon régulière.

A l'époque, j'avais tendance à croire que tout ce que nous avions n'était le fruit de que de nos propres efforts et j'avoue m'en être vantée.

Non seulement, je me plaignais constamment, car j'en voulais toujours plus, mais je priorisais mon travail, et mes besoins personnels au détriment de Dieu.

Je ne Lui accordais pas l'honneur, la priorité qu'Il méritait.

Par conséquent, je n'avais pas pris cette habitude de Lui rendre grâce et de Le reconnaître dans tout ce que j'entreprenais.

Ce n'est que plus tard, lorsque j'ai traversé une période difficile et que ma situation professionnelle s'est dégradée , que j'ai cherché Sa face et que je lui ai à nouveau accordé la première place.

C'est alors qu'Il s'est à nouveau révélé à moi et que j'ai pu reconnaître Son importance dans ma vie et que sans Lui, je n'étais rien. (Matthieu 6:33: « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu et toutes ces choses vous seront données par-dessus »).

Et dès lors, mon regard envers Lui et ma perception de la vie ont radicalement changé.

Et aujourd'hui, quelles que soient les circonstances, je Lui témoigne de la gratitude.

Oui, nous devrions avoir un coeur reconnaissant chaque jour de notre vie et au lieu de faire l’inventaire de tout ce que nous n’avons pas, nous devrions prendre plaisir à compter les bienfaits de Dieu, tant ils sont innombrables (Psaumes 103) .

Oui, la reconnaissance est une vertu que nous devrions cultiver davantage .

1 Thessaloniciens 5:16-18 : « Priez sans cesse, exprimez votre reconnaissance en toute circonstance ».

Nous nous laissons submerger par les vicissitudes de la vie et influencer par ce monde dans lequel nous vivons. « Nous ne devrions pas nous conformer au siècle présent, mais discerner la volonté de Dieu », Romains 12:2.

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles nous sommes définis par rapport à ce que nous possédons : Notre maison, nos voitures, notre compte bancaire, notre garde robe, nos bijoux.

Et nous rentrons dans une spirale, une rivalité sans faille , une concurrence qui nous pousse à jalouser, à convoiter et mettre tout en œuvre pour obtenir ce que notre semblable a et à en vouloir toujours plus.

Ce genre d’attitude nous pousse à ne plus mettre en valeur et à minimiser ce que nous avons, et voir même prendre pour acquis toutes ces choses et ne pas reconnaître que toutes ces choses, c’est Dieu qui en est le dispensateur.

La reconnaissance, est une attitude, une décision qu'on prend, une habitude qu’on développe jour après jour et qui doit demeurer ancrée en nous.

Oui, nous avons souvent ce désir d'être reconnaissants mais lorsque les difficultés de la vie surviennent, nous avons tendance à oublier tout ce qui nous est arrivé de positif, à jeter le blâme sur Dieu et à ne plus Lui témoigner aucune gratitude.

Nous ne le réalisons pas, mais le simple fait de pouvoir nous lever chaque matin, respirer, marcher, manger, nous rendre au travail, jouir de nos proches, est une grâce.

Notamment, durant cette période particulière au cours de laquelle de nombreuses personnes ont perdu la vie, leur travail ou leur maison.

Raison pour laquelle, nous devons rendre grâce à Dieu et prendre cette habitude de Lui dire « merci » car demain ne nous appartient pas (Proverbes 27:1: « Ne te vante pas du lendemain car tu ne sais pas ce qu'un jour peut enfanter»).

Il l'a dit, que nous connaîtrons des difficultés, que nous endurerons des souffrances mais de nous affermir et de persévérer.

Ne pas avoir la voiture dernier cri , des vêtements à la mode, la maison de nos rêves, être célibataire ou au chômage, n'est pas une finalité.

Ce qui compte, c'est de pouvoir vivre suffisamment longtemps pour pouvoir continuer à expérimenter Son amour, Ses bienfaits et être un instrument de paix, de joie, de bien-être pour notre prochain.

Remercions Le pour le souffle de vie qu'Il renouvelle en nous et pour Sa présence à nos côtés et parce que malgré nos faiblesses, nos défauts, Il nous aime et prend soin de nous.

Merci Seigneur Jésus de bénir chaque personne qui lira cet article et de la combler au delà de ses attentes.

Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés