Suis-je réellement libre?

 

Issue de la «diaspora», bien que n’ayant pas vécu la traite négrière,  la période d’esclavage, je m’y suis intéressée comme la plupart des personnes d'origine Africaine.

J’ai essayé de comprendre la raison pour laquelle le peuple noir avait été réduit en 
esclavage, privé de ses droits et opprimé pendant autant d’années.

Comprendre ce qui pouvait amener une personne à priver une autre de liberté.

Et surtout dans quel but? À quelles fins?

Cette période a suscité de nombreuses interrogations chez les uns et les autres et en éveille encore aujourd’hui.

Il nous est à ce jour encore difficile de discerner les motivations de certaines personnes quant à la décision de commettre certains actes.

La plupart du temps, c’est à des fins personnels, et malheureusement pour assouvir un besoin égoïste, égocentrique.

L’être humain a toujours agi de façon individualiste et posé des actes entraînant des répercussions désastreuses.

Oui, car les agissements insensés n’entraînent au final que désolation, tristesse, affliction et bien plus...

Pour rappel, durant l’esclavage, de nombreuses personnes ont été arrachées contre leur gré et de façon brutale à leurs familles, dispersées au quatre coins du monde et retenues captives au sein de propriétés dans lesquelles elles ont été contraintes à travailler dans des conditions inhumaines.

Oui, ces personnes ont été complètement coupées du monde et soumises à un asservissement, qui les a non seulement privées de liberté: de leurs rêves, projets, attentes, besoins, mais qui a également provoqué des séquelles, des blessures.

Lorsqu’une personne est limitée au niveau de ses faits et gestes, de la parole, de tout ce qu’elle entreprend, cela crée en elle de la frustration, de la colère, un grand déséquilibre.

Cette personne perd totalement ses repères, ses convictions, ses valeurs: elle est complètement désorientée et en perte d’identité.

En effet, elle ne sait plus qui elle est car elle n’agit plus telle qu’elle l’aurait souhaité mais de la manière dont une tierce personne l'exige.

Elle n’a plus de personnalité et devient totalement dépendante de cette personne.

On a pu également observer ce cas chez les personnes qui ont été kidnappées et qui sont restées sous l’emprise de leurs bourreaux pendant de nombreuses années.

Il y un transfert de personnalité qui s’opère et les victimes épousent le caractère de leurs 
persécuteurs à l'image de ces esclaves qui n’ont que leurs maîtres comme seul repère.
 
Quoiqu’il en soit, dans les deux cas de figure, les personnes peinent à se reconstruire, à se projeter dans le futur et à se réaliser.

Mettons-nous un instant à leur place et demandons-nous comment est-ce que nous réagirions si nos droits étaient bafoués, si on nous dictait chaque jour une manière de penser, de nous exprimer, de nous comporter en public, de gérer nos relations (amicales, familiales, professionnelles), nos émotions, de nous habiller, de prendre des décisions, de faire des choix…

Nous serions offensés et trouverions ça sûrement maladroit, totalement déplacé, voir humiliant.

Et pourtant, c'est ce qui se passe déjà dans l'environnement dans lequel plusieurs d'entre nous vivons.

Selon une source trouvée sur internet, la liberté est la capacité d’action sans contrainte.

Oui, cette possibilité de pouvoir agir sans pression, sans retenue.

Autrefois, nous étions plongés dans l’obscurité, aveuglés, tenus en captivité par le diable et la parole nous dit que Dieu nous a appelé des ténèbres à son admirable lumière (1 Pierre 2:9) et délivré des mains de notre oppresseur.

Aujourd’hui nous sommes libres...

En acceptant Jésus, comme notre Seigneur et Sauveur, nous avons fait bien plus qu’un pas de foi.

La parole nous dit "qu’Il est le chemin la vérité et la vie” (Jean 14:16) et que “nous connaîtrons la vérité, et que la vérité nous affranchira”. (Jean 8:32)

C’est pour la liberté que Christ vous a affranchis. "Tenez donc ferme dans cette liberté et ne vous placez pas de nouveau sous la contrainte d’un esclavage." (Galates 5, 1:9).

Que tout ce que notre Seigneur a accompli ne soit pas en vain.

Ne laissons ni personne, ni quoique ce soit nous emprisonner à nouveau; nous avons été créés à Son image et appelés selon Ses desseins.

Appliquons-nous à Le rechercher au quotidien, à discerner et à faire Sa volonté.

Que Dieu vous bénisse.







Commentaires

Articles les plus consultés